Le photographe ne devrait pas savoir tout ce qu'il voit. Il y a de l'invisible qui rôde ou plutôt qui érode les brefs contours dont l'objectif a gardé la mémoire.

L'œil est un sens redoutable il nous enferme dans le monde des objets auxquels il a donné son nom.

Se libérer de la tutelle du mental permet de retrouver notre regard d'enfant.

S'émerveiller d'une goutte d'eau et découvrir le jamais vu avec la sagesse de renoncer à la quête du spectaculaire.

Cette libération permet ainsi d'échapper a la sélectivité du mental qui n'enregistre que la partie nette et "utile" pour lui du champ de visionen nous privant du reste,

le flou du sujet en mouvement la modification des perspectives le manque de netteté résultant parfois de faibles profondeur de champ

concourent a éduquer notre regard pour voir ce qui est, pour passer de "voir quelquechose" a l'état de voir,

puis pour tenter d'effleurer au-delà des apparences ce qui informe toute existence matérielle

La vie est a caresser, elle se refuse a ceux qui veulent la saisir, la prendre, la comprendre.

Elle se donne a la main qui ne cherche pas un "quelquechose" mais s'ouvre a une présence jamais atteinte.

Les secrets ne s'arrachent pas, ils se devinent.

La caresse renonce a savoir pour mieux rencontrer, elle n'est pas la connaissance de l être mais son respect.

La vie est à respecter.

Ce qui est vrai de la main l'est aussi de l'esprit et du regard.

.j.y leloup

 


 

Je m'appelle Bruno Leteinturier, j'ai 54 ans et je suis père de 3 enfants.

J'ai réalisé mes premières images avec un Pentax Spotmatic à l'âge de 14 ans. Après une formation à Bordeaux je me suis installé dans les Pyrénées.

Je vis actuellement dans le Gard. Ma passion principale reste la photo qu'elle soit de nature, de reportage ou de portrait, le dessin passion encore plus ancienne revient également avec force. Ma préférence pour une image humaniste et plutôt classique jusqu'à l'âge de 40 ans, avec Cartier-Bresson, Doisneau, Salgado, Eugen Smith, Koudelka, Boubat,Giacomelli. Ernst Haas a sensiblement évolué à l'approche de la cinquantaine vers des recherches plus abstraites. En témoignent mes derniers travaux sur les végetaux qui sont avant tout une recherche intime et subjective.

La grande majorité des images de ce site ont été prises à partir de 1994 date à laquelle j'ai réalisé mon premier voyage au Portugal, puis d'autres ont suivi en particulier au Maroc ou je suis retourné 3 fois. Mon dernier voyage, l' Inde.

Je voudrais remercier par ordre d'arrivée dans ma vie, mes parents pour leur amour et leur soutien inconditionnel, le Père Albert de Belloc qui m'a inoculé le virus de la photo, Michel Bernatets mon maître d'apprentissage pour son infinie patience à mon égard, ses précieux conseils et son professionnalisme, ainsi que tous les photographes cités plus haut qui m'ont aidé à suivre ma route.

Les images et le site ont été réalisés par mes soins. Les prises de vues sont argentiques, noir et blanc, negatif couleur ou diapositives, elles sont scannées pour les besoins du site.

Les photos ne sont pas libres de droits mais si certaines d'entre-elles vous intéressent vous pouvez me le faire savoir par e-mail : brunoleteinturier@voila.fr

j'attends vos critiques....amicales, et vos suggestions.